Archives pour la catégorie luttes

Prévis de grève dans les CFA pour le 19 avril

A l’appel de notre Fédération la FNSCBA CGT, le syndicat CGT des CFA du BTP dépose ce jour un préavis de grève national pour le 19 avril 2018, journée de mobilisation interprofessionnelle.
Cette journée appuie nos revendications professionnelles et statutaires.
Elle s’inscrit dans une démarche de révision du dialogue social avec l’application du CSE, et dans la protection de notre statut du personnel.

Nous appelons l’ensemble des salariés du réseau CCCA à se mobiliser très largement sur cette journée.

Tags: , , ,

22 mars : préavis de grève nationale

Le syndicat CGT des CFA BTP,dépose ce jour un préavis de grève nationale sur l’ensemble des CFA du réseau pour la journée du 22 mars 2018.

Nous dénonçons :

  • La réforme du service public, qui va entraîner des pertes d’emplois, et va accroire la précarité ;
  • La rémunération au mérite ;
  • La restauration d’un jour de carence

Le syndicat National CGT des CFA s’oppose également à la suppression du statut des cheminots.

Nous appelons l’ensemble des salariés du réseau CCCA à une forte mobilisation pour cette journée d’actions du 22 mars prochain.

 

Le préavis suivant a été envoyé ce jour au CCCA. La CGT des CFA vous recommande d’en déposer un également auprès de vos associations.

Tags: , , ,

L’activité syndicale n’est pas un délit !

Les militants CGT du 34 ont manifesté en soutien aux Goodyear et aux Air France. Notre camarade Nelly GREGOR tenait la banderole de l’UD 34 (au centre)

manifestation de sutien à Montpellier

manifestation de soutien à Montpellier

 

Le secrétaire de l’UD 34 a stigmatisé l’acharnement judiciaire dont ont fait l’objet 3 camarades du CFA de Montpellier et le secrétaire de l’Organisme qui le gère. voici un article de la presse locale qui reprend cette déclaration :

Déclaration de l'UD 34

Déclaration de l’UD 34

Tags: , , ,

Appel unitaire CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL pour le 15 septembre

La loi Travail n’est pas bonne pour les salarié-e-s et les jeunes. Elle ne le sera pas non plus pour l’économie du pays. Alors que le chômage et la précarité augmentent, en affaiblissant les conventions collectives au profit des accords d’entreprise, cette loi accroît la concurrence entre les entreprises poussant à l’alignement sur le « moins offrant » pour les salariés. Cette logique de dumping social va engendrer davantage de flexibilité et de précarité et remettre en cause nombre d’acquis sociaux.

Cette loi contrevient aux conventions 87, 98 et 158 de l’Organisation Internationale du Travail relatives à la négociation collective, aux libertés syndicales et aux licenciements.

Les organisations syndicales étudient tous les recours et moyens juridiques possibles pour s’opposer à la mise en œuvre de la loi Travail.

L’emploi, les salaires et les conditions de travail restent des préoccupations majeures pour les citoyen-ne-s.

Le chômage et la précarité sont des fléaux pour notre pays. Les créations d’emplois, dans le privé comme dans le public, sont pourtant nécessaires pour répondre aux besoins de toute la société. La stabilité et la qualité des emplois sont non seulement gage de progrès social et de qualité de vie pour les salarié-e-s et les jeunes, mais sont aussi un facteur essentiel de création d’emplois. La loi Travail tourne le dos à cet enjeu ! Tous les pays qui ont fait l’expérience d’une telle réforme du droit du travail (Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Allemagne) en mesurent aujourd’hui les conséquences néfastes.

Affaiblir le code du travail, c’est affaiblir les droits de tous les salarié-e-s !

Il est clair qu’à terme la fonction publique sera aussi concernée car nombre de règles statutaires relève de la transposition de dispositions du code du travail (dialogue social, respect de la hiérarchie des normes et des droits collectifs, temps de travail, etc.).

C’est pourquoi nos organisations continueront à mener tous les débats nécessaires avec les salarié-e-s et les jeunes pour, à l’inverse de cette loi, promouvoir d’autres propositions, obtenir son abrogation et gagner de nouveaux droits pour toutes et tous.

Pendant l’été, de nombreuses initiatives locales se sont développées et la carte postale au Président de la République a été largement utilisée. Comme nous l’avons écrit au Président de la République, «on se retrouve à la rentrée…», notamment sur les meetings et débats unitaires déjà programmés.

Les organisations dénoncent les faits de répression dont sont aujourd’hui victimes des militant-e-s syndicaux-ales, des jeunes, des salarié-e-s et des agents publics.

Les organisations syndicales de salarié-e-s et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent les salarié-e-s, privé-e-s d’emploi, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, retraité-e-s à se mobiliser massivement pour réussir la journée d’actions du 15 septembre contre la loi Travail, selon des modalités décidées localement (rassemblements, manifestations, grèves, etc…), pour obtenir l’abrogation de cette loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

Tags: , , ,

Grève nationale inter syndicale le 15 septembre

La Loi EL KHOMERI  remet en cause un certain nombre d’acquis sociaux, et même si notre mobilisation des derniers mois n’a pas permis  de faire reculer le gouvernement, nous devons aujourd’hui  appeler à  l’abrogation de cette loi et à la reconquête de nouvelles protections collectives.

Le Syndicat  CGT-des CFA-BTP dépose ce jour  un préavis de grève pour la journée d’actions et de mobilisations du 15 septembre 2016  pour répondre à l’appel des organisations CGT, FO, FSU, Solidaires.

Nous appelons l’ensemble des personnels à se mobiliser pour l’abrogation de la loi travail, et la reconquête de nouveaux droits et garanties collectives pour l’ensemble des salariés.

Les salariés du réseau CCCA-BTP pourront donc être en grève le 15 septembre prochain,  de 7h du matin à 22h le soir.

Le Syndicat CGT des CFA-BTP demande à ses élus et mandatés de ne siéger dans aucune instance ce jour là.

Préavis national adressé au CCCA

 

Tags: ,

Nelly GREGOR victime d’un acharnement anti-CGT

Le syndicat CGT du personnel des CFA du BTP condamne ferment l’acharnement anti CGT dont sont victime trois camarades, dont notre secrétaire général Nelly GREGOR dans le communiqué suivant :

Notre collègue et camarade Nelly Gregor vient de passer 48 heures en garde à vue pour subir un second interrogatoire à la suite du suicide du directeur du CFA de Montpellier survenu à la fin du mois de mars dernier.

Nelly est déléguée syndicale au CFA de Montpellier, secrétaire général du syndicat national CGT des CFA-BTP et secrétaire de l’Union Départementale de l’Hérault.

En même temps que Nelly, Mario Féral, un autre militant de la CGT subit le même sort.Un autre camarade du CFA de Montpellier, CGT lui aussi, privé de liberté pendant 24 h, interrogé  jusqu’à tard dans la nuit. Ses amis, son épouse sans nouvelles, s’inquiétaient et ne sachant pas ce qu’il convenait de faire.

Incriminer les organisations syndicales et leurs représentants devient hélas une pratique politique et judiciaire de plus en plus fréquente. En l’espèce, Nelly comme ses camarades et l’ensemble des élus du personnel de toutes les organisations syndicales représentées dans le CFA n’ont fait que remplir leur mission, dans le cadre de leurs mandats. L’état général des CFA du réseau du CCCA-BTP voit la situation sociale se tendre partout à l’extrême, dans un contexte économique désastreux, qu’aucun responsable national ou régional n’est parvenu à prévenir ou à endiguer. Des décisions douloureuses sont imposées au personnel, licenciements, limitation économiques du contrat de travail, déplacement d’office d’un établissement à un autre,  des changements profonds dans le contenu et l’organisation de leur travail également. Dans une telle situation, les directeurs de CFA, cadres intermédiaires, sont laissés seuls pour appliquer les décisions, sans soutien suffisant et surtout en l’absence de toute politique sociale de réseau ou régionale digne de ce nom. Ce qu’ils appellent « ressources humaines » procède dans nos CFA d’une indifférence et d’une incurie spectaculaire. Conduire les directeurs à assumer seuls les relations sociales avec leurs personnels, c’est les exposer à un risque professionnel majeur. Accabler les personnels et leurs élus des pires accusations lorsqu’un drame survient – et il en est survenu plusieurs ces dernières années dans nos CFA – est d’une lâcheté sans nom.

On ne s’étonnera pas non plus du traitement « de faveur » appliqué à la CGT. Seuls sa déléguée syndicale et le délégué du personnel ont été réinterrogés, mise en garde à vue dans des conditions aussi invraisemblables, traités comme des criminels, menottés bousculés , enfermés dans une camion cellulaire. On ne peut s’empêcher de faire le lien avec le contexte politique général et l’opposition résolue de la CGT à la politique économique et sociale du gouvernement Valls. L’acharnement est de mise.

La CGT demande que cessent ces procédures indignes qui tentent d’accabler nos camarades, que les principes d’un état de droit serein soient appliqués. Et accessoirement, que nous nous souvenions dans les CFA du CCCA-BTP que nous relevons d’organisations paritaires, pour lesquelles le combat syndical ne peut en aucun cas s’apparenter à quelque crime ou délit !

Tags:

Loi travail : Tout tremble, mais rien ne bouge !

Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL

Les organisations syndicales en lutte contre la loi travail affirment avec force leur détermination à défendre l’intérêt de tous les salarié-es actuel-les et futur-es. Elles relèvent avec intérêt l’évolution de certaines organisations syndicales qui ne sont pas dans l’action mais qui expriment leur désaccord avec le projet de loi.

Les organisations syndicales et de jeunesse, conscientes de leurs responsabilités, en appellent encore une fois au gouvernement et aux parlementaires pour qu’ils assument les leurs en matière de protection des salarié-es. Elles rappellent que ce texte n’est pas acceptable, notamment sur l’inversion de la hiérarchie des normes, les accords de développement et de maintien dans l’emploi, l’assouplissement des licenciements économiques, le référendum et la médecine du travail, facteurs de destruction des garanties collectives et favorisant la précarité.

De ce fait, elles jugent incompréhensible et inadmissible, pour un gouvernement qui prône le dialogue social, que le Président de la République ne réponde toujours pas au courrier des sept organisations qui demandent à être reçues afin de faire valoir leurs propositions.

Ce n’est pas en menaçant, en discréditant le mouvement social et en essayant de diviser, sans succès, les organisations syndicales et de jeunesse que le règlement du conflit contre le projet de loi travail sera trouvé. Elles restent unies et déterminées pour gagner.

La mobilisation demeure importante et la votation citoyenne remporte un grand succès. Les organisations soutiennent les salarié-es en lutte et ceux et celles qui les rejoignent et appellent à amplifier les grèves et les actions.

Si le gouvernement s’entête, les organisations syndicales et de jeunesse engagent l’ensemble des salarié-es actif-ve-s, privé-es d’emploi et retraité-es, les étudiant-es et lycéen-nes à poursuivre les actions revendicatives sous les formes décidées localement particulièrement les :

  • 23 juin 2016 : date du vote au Sénat (grèves, interpellations des parlementaires, rassemblements, manifestations, conférences de presse …).
  • 28 juin 2016 : remise de la votation citoyenne auprès des préfectures et à la Présidence de la République pour la région parisienne en organisant des grèves et des manifestations.
  • D’ores et déjà le 14 juin s’annonce fort et verra la participation, l’appui et le soutien de délégations syndicales européennes et internationales qui chaque jour témoignent de leur solidarité.

Pour ne pas se laisser impressionner, pour résister, les organisations syndicales invitent à voter pour le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits. Elles appellent à participer massivement à la grève et à la manifestation du 14 juin à Paris.

Les organisations décident de se retrouver le 15 juin.

Paris, le 8 juin 2016

Tags: , , , ,

Dans l’action le 14 juin

Le syndicat CGT des CFA BTP a déposé ce jour un préavis de grève pour la journée de mobilisation du 14 juin prochain.Nous devons tous ensemble exiger le retrait de cette loi.
Proposez à ceux qui doutent de la nocivité de ce projet de loi de remplir le formulaire téléchargeable ici.

ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu

ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu

La CGT des CFA appelle à un grand rassemblement sur Paris le 14 juin, nous pourrions défiler derrière la banderole des CFA du BTP.

Rapprochez vous des structures locales dans chaque département, des trains et des bus seront mis en place pour Paris.

Il faut s’inscrire dès maintenant.

Tags: , , ,

Toutes et tous dans l’action le 31 mars

Pour un code du travail moderne, retrait du projet de loi travail.

Le principe mis en œuvre par le projet de loi travail est simple : « travailler plus, être payé moins et pouvoir être viré plus facilement ». La loi ne serait plus la même pour tous les salariés. Il y aurait autant de code du travail qu’il existe d’entreprise avec des droits et des protections qui diffèrent selon l’endroit où l’on travaille, selon qu’il existe ou non une organisation syndicale. Les mobilisations initiées par les organisations de jeunesse et les organisations de salariés ont contraint le gouvernement à des premiers reculs. Pour autant les aménagements annoncés ne changent pas la philosophie de la loi. Ce texte doit être retiré.

Téléchargez le 4 page sur la loi El KHOMERI – GATTAZ

31_mars

Tags: , , ,

Préavis de grève pour le 31 mars

Le syndicat CGT des personnels des CFA du BTP vient de déposer un préavis de grève nationale valable le 31 mars de 7h à 22h.

Le 31 mars, avec l’ensemble des salariés, des jeunes et des privés d’emploi, nous avons toutes les raisons de nous mobiliser, par toutes les formes, y compris par la grève et les manifestations sur tout le territoire, pour obtenir le retrait du projet de loi de réforme du code du travail, et pour l’obtention de nouveaux droits, synonymes de progrès social, pour gagner aussi une autre répartition des richesses dans une société solidaire.

Tags: , ,