Archives pour la catégorie Actualité

Le véritable débat, on va se le faire

La prose du président des riches est en train d’arriver. 5 pages et 32 questions insipides plus tard, le message est clair : je vous ai écoutés mais ne comptez pas sur moi pour vous entendre. Pas de rétablissement de l’ISF, rien sur le pouvoir d’achat, les salaires, les pensions et minimas sociaux. Bref, rien sur les légitimes revendications qui font s’exprimer la colère depuis des mois, qu’elles soient portées par la CGT ou par le mouvement des gilets jaunes Macron persiste et signe : j’ai un programme et je l’appliquerai…

Téléchargez notre cahier d’expression revendicative populaire en cliquant sur l’image ci-contre ou lisez-le ci dessous.

Tags:

Tous dans l’action le 9 octobre

Le syndicat CGT des CFA BTP appelle à participer massivement à cette première journée de mobilisation afin de faire front au gouvernement qui pille nos acquis sociaux détruit notre système de santé et de protection sociale et accroit les inégalités.

Vous pouvez télécharger le préavis de grève que la CGT a envoyé au CCCA-BTP.

Je compte sur vous pour mobiliser l’ensemble des salariés de vos établissements afin qu’ils participent à cette grande journée d’actions.

Fraternellement

Nelly Gregor

Secrétaire générale de la CGT des CFA BTP

Tags: , , , ,

Mobilisation et grève interprofessionnelle le 9 octobre

Communiqué commun CGT– FO – Solidaires – UNEF – UNL

Pour les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens – la CGT, FO, Solidaires, UNEF et UNL- réunies le 30 août 2018, un constat s’impose et se renforce, celui d’une politique idéologique visant à la destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs.

Cette politique, ainsi que les mesures encore récemment annoncées par le gouvernement, relèvent d’une logique d’individualisation mettant à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale, et fragilisant une  fois de plus les plus faibles, les précaires et les plus démunis.

Qu’il s’agisse :

  • des risques qui pèsent sur les droits des salariés-es et demandeurs d’emploi en matière d’assurance chômage ;
  • de la remise en cause du droit à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur et par le gaspillage que constitue le service national universel ;
  • des atteintes au service public, en particulier CAP 22 ;
  • des destructions d’emplois au travers de la désindustrialisation
  • des attaques portées à notre système de santé ;
  • de la destruction de notre système de retraites ;
  • du gel des prestations sociales ;

Les organisations signataires appellent le gouvernement à entendre les attentes sociales multiples qui s’expriment dans le public et le privé, par les actifs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraités-es, et qu’il ne soit plus uniquement guidé par l’obsessionnelle diminution de la dépense publique. Au moment où est annoncée une fois encore l’explosion des dividendes en France et dans le monde, il est temps de mener une politique de partage des richesses pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux.

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des fondements de notre modèle social et à la conquête de nouveaux droits.

C’est pourquoi, les organisations signataires décident de faire du 9 octobre prochain une première journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle, étudiante et lycéenne.

Concernant la date de la journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle, l’Union syndicale Solidaires la validera lors de son instance nationale la semaine prochaine.

Les organisations signataires invitent les autres organisations syndicales et de jeunesse à s’y associer largement et à s’inscrire dans un processus de mobilisation.

Paris, le 30 août 2018

Tags: , , ,

Retraites, on vous dit tout !

Voici une étude très instructive de nos camarades actifs de l’UGICT

1 € cotisé = les mêmes droits à retraites. Oui, mais quels droits ?

Emmanuel Macron a annoncé qu’ 1€ cotisé ouvrirait à chaque salarié.e les mêmes droits. Derrière cette apparente équité se cachent trois problèmes.

  • D’abord le calcul de la retraite ne se ferait plus sur les meilleures années mais sur l’ensemble de la carrière.
  • Ensuite, les mécanismes de solidarité qui neutralisent les aléas de carrière (chômage, maternité…) pourraient être plafonnés, voire totalement supprimés.
  • Surtout, ce principe d’équité ne nous dit rien sur le contenu de nos droits à retraite. Que représentera le montant de la pension par rapport au salaire de fin carrière ? Quel montant de retraite ? Quel âge de départ ?

Ce sont les questions de base que nous nous posons toutes et tous. Et là-dessus aucune réponse. Et pour cause…

Un régime par points, à cotisation définies, c’est quoi ?

Le gouvernement nous annonce un régime par points, à cotisations définies. Qu’est-ce que cela signifie ? Que chacun percevra en fonction de ce qu’il aura cotisé durant toute sa carrière, mais que le montant de la pension ne sera pas garanti et ne sera connu seulement qu’au moment du départ en retraite.

Ce qui est bloqué c’est le montant des cotisations, que le gouvernement ne veut pas augmenter. Si elles ne suffisent pas à financer les pensions, les retraites seront revues à la baisse.

Mais compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie, ce montant ne suffira pas : en conséquence, les retraites seront réduites, y compris celles déjà liquidées.

La certitude que nous pouvons donc avoir, c’est que nous serons toutes et tous perdants.

Des retraites garantissant le niveau de vie de chacun.e, c’est possible

Notre système de retraite a été construit en 1945, alors que le pays était ruiné. Son fondement : pour mieux protéger les plus faibles, il faut un système universel qui maintienne le niveau de vie de tous et toutes.

Pour assurer l’avenir de nos retraites par répartition, la CGT et son UGICT proposent :

  • De nouvelles ressources 

    Mettre en place un droit à la retraite à 60 ans avec un minimum de 75% net de son salaire net de fin de carrière est à notre portée avec de nombreuses possibilités de financement :

    • La suppression des aides et des exonérations de cotisations des entreprises inefficaces pour l’emploi (200 Mds, Cour des Comptes).
    • L’assujettissement à cotisations sociales de l’ensemble de la rémunération (intéressement, participation…) et un relèvement modéré des cotisations retraites.
    • La mise à contribution des revenus financiers des entreprises qui, au contraire des revenus financiers des particuliers, sont totalement exonérés.
  • Une maison commune des régimes de retraites 

    Les différents régimes de retraite (public, privé, régimes spéciaux…) ont été construits pour s’adapter aux contraintes spécifiques de secteurs professionnels et prendre notamment en compte la pénibilité. La CGT propose, tout en maintenant le niveau des droits de chacune et chacun, de les intégrer dans une maison commune des régimes de retraites, assurant la transférabilité des droits pour les salarié.e.s passant d’un régime à l’autre.

  • La prise en compte des années d’études et d’insertion 

    Alors que l’accès au premier emploi stable a lieu à 27 ans en moyenne, contraindre les jeunes à cotiser 43 annuités pour avoir une retraite à taux plein équivaut à une mission impossible, surtout quand on sait qu’à 62 ans seul un actif sur deux est encore en emploi. Nous proposons donc la prise en compte des années d’études et d’insertion dans le calcul de la retraite, pour garantir le droit à retraite des nouvelles générations.

Tags:

Appel fédéral à agir les 3 et 4 avril

La Fédération Nationale des Salariés de la Construction, du Bois et de l’Ameublement appelle l’ensemble de ses syndiqués, militants et plus largement les salariés à participer aux prochaines journées d’actions et de grèves.

Un appel pour s’inscrire résolument dans un processus de mobilisation large afin de créer les conditions d’un changement de société pour le progrès social.

Depuis trop longtemps, le mécontentement du salariat et les attaques contre nos droits sociaux n’ont été aussi nombreux.
Les attaques libérales du gouvernement contre notre système solidaire n’ont jamais aggloméré autant de luttes porteuses de convergences.
Dans de nombreuses entreprises du privé ou du service public, comme à Carrefour, à Air France, dans la santé et les EPAHD, avec les étudiants qui affrontent les militants réactionnaires, dans la métallurgie, avec les cheminots et bien sûr dans des entreprises de nos métiers, les actions de grève sont le constat d’une réaction et d’une envie de riposter aux coups.
Le service Public, notre bien commun, déjà bien attaqué (ANPE, EDF, Santé à deux vitesses etc…) ne doit pas devenir un marché au service du Capital. Sans Service Public, il y a moins d’industrie, moins de construction et inversement.
Il nous faut, également, mettre de côté les réactions aux tentations de trouver des responsables au fait que nous n’avons pas pu nous mettre, Tous Ensemble, en action lors des manifestations contre la loi travail.

Lutter avec les cheminots à défendre leur statut, c’est faire en sorte de préserver une digue pour la protection du salariat du Privé. C’est aider à défendre nos Contrats de travail à Durée Indéterminée. Les derniers remparts contre le libéralisme extrême de nos conditions de travail.

Pour cela, la F.N.S.C.B.A. C.G.T. vous appelle à lutter les 3 et 4 avril, partout où c’est possible afin de créer les conditions d’un rapport de force.

Nous vous demandons, également, dès maintenant de préparer, dans vos syndicats, la journée interprofessionnelle du 19 Avril Prochain par la convocation d’assemblée générale pour gagner un maximum de salarié en grève dans les métiers de la Construction, du Bois et de l’Ameublement.

Fait à Montreuil, le 27 Mars 2018

Tags: , ,

Cour de cassation : prise en compte de la souffrance d’un enseignant de CFA

Obligation de sécurité de l’employeur envers ses salariés : un CFA condamné pour n’avoir pas pris la mesure de la souffrance d’un enseignant insulté par un apprenti!
Ayant relevé que l’association gestionnaire d’un CFA :
     –   N’avait pas tenu compte de la souffrance morale et psychologique exprimée par un enseignant, ni pris de mesures suffisantes pour y remédier alors que le CHSCT avait fait une demande en ce sens et qu’il n’était pas allégué que cet enseignant avait habituellement des difficultés relationnelles avec ses apprentis
     – Et qu’elle avait préféré s’engager dans la voie de la sanction à l’encontre de l’enseignant qui ne voulait plus accepter l’apprenti dans sa classe
la cour de cassation a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision de condamner l’association gestionnaire à payer à l’enseignant  des dommages-intérêts pour manquement à l’obligation de sécurité.
L’arrêt intégral est accessible en suivant ce lien:
Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 7 février 2018, 16-19.456 16-21.796, Inédit

Tags:

Réforme de l’apprentissage : danger !

La réforme de l’apprentissage et ses conséquences dans nos CFA

  •   Simplification à l’embauche du contrat d’apprentissage ;
  • Adaptation des formations à la demande des entreprises ;
  • Embauche des apprentis tout au long de l’année ;
  • Suppression du passage préalable par les prud’hommes au-delà de 45 jours pour rupture du contrat ;
  • Limite d’âge 30 ans ;
  • Les apprentis mineurs pourront travailler jusqu’à 40 heures/ semaine ;
  • Création de classes préparatoires à l’apprentissage

On peut dire que le gouvernement déroule un tapis rouge au MEDEF qui ressort gagnant de ce bras de fer qui l’opposait aux régions.

  • Plus besoin d’autorisation publique pour ouvrir ou fermer un CFA.
  • Les branches auront la possibilité de faire ouvrir ou fermer des sections en fonction de leurs besoins, elles détermineront le coût du contrat de chaque diplôme.
  • Nous entrons dans une marchandisation de l’apprentissage, une privatisation de la formation initiale et une disparition à terme de nos missions de service public.

Cela va entraîner :

  • Une mise en concurrence entre établissements et une pression accrue sur le personnel.
  • Un frein à l’engagement des régions en matière d’investissement.
  • L’écriture des référentiels de formation sera laissée aux branches professionnelles, on ne peut que s’inquiéter assez rapidement de l’avenir des domaines généraux dans nos CFA, ceux-ci pourraient être sacrifiés au profit de l’enseignement professionnel.
  • Cette réforme va accroître l’employabilité des jeunes et des salariés dans nos CFA, la qualification va laisser la place aux titres pro et aux certifications, sans reconnaissance au niveau de la rémunération.
  • La réforme accède à une vieille revendication du patronat : remplacer les formations diplômantes par des formations modularisées visant l’adaptation étroite au poste de travail.
  • La possibilité de faire un contrat d’apprentissage tout au long de l’année va bouleverser l’organisation pédagogique dans nos CFA.
  • Défendons notre outil de travail et la qualité de formation que nous devons à nos apprentis à travers une formation de qualité diplômante pour nos bâtisseurs de demain.

Nelly Gregor

Appel à l’action par la Commission Exécutive Fédérale

MOTION

La Commission Exécutive Fédérale des 26 et 27 Février appelle l’ensemble des syndicats, des militants, des syndiqués et plus largement les salariés de nos branches professionnelles à agir dans la construction des luttes et des grèves à venir.

  • Le 8 Mars, pour la journée internationale des luttes pour le droit des femmes. La femme doit être l’égale  de l’homme et inversement, l’homme doit être l’égal de la femme ! Depuis plusieurs années, la CGT revendique les droits pour tous afin de réduire progressivement les disparités. Il faut maintenant dépasser les a-priori  et créer les conditions d’une avancée sociale réussie !
  • Le 15 Mars, pour soutenir les retraités qui à l’appel de 9 organisations montreront leur colère contre les mauvais coups de Macron. Les retraités sont appelés à se rassembler, à s’organiser, à lutter et à se syndiquer pour défendre leur qualité de vie, leur pouvoir d’achat, leur santé, leur accès aux transports et leur droit aux vacances. Ils n’ont pas volé leur retraite ! Ils l’ont conquis par les luttes et la somme de leur travail.
  • Le 22 mars, pour La Défense des services publics. Parce que la Fonction Publique est notre bien commun et pour contrer la volonté du gouvernement d’opposer les salariés.
  • Et le 26 Mars à 13h30, par un rassemblement devant le palais de justice de Paris, pour l’appel du procès dit « de la peinture à l’eau et des confettis » de notre Administrateur Philippe Christmann.

La Fédération Nationale des Salariés de la Construction, du Bois et de l’Ameublement appelle d’ores et déjà à s’emparer de ces journées d’actions et de grèves pour s’inscrire résolument dans un processus de mobilisation plus large.

Tags: , , ,

Le président du CCCA soutient la réforme de l’apprentisssage

Jean-Christophe Repon, président du CCCA-BTP  a déclaré :

« L’entreprise replacée au cœur du dispositif de l’apprentissage, un système de péréquation interprofessionnelle qui garantira aux entreprises le financement des contrats d’apprentissage signés, l’équilibre trouvé entre le rôle des branches professionnelles et les conseils régionaux, le développement de l’offre de titres professionnels et de certifications, l’innovation et la performance pédagogiques… sont autant d’avancées que nous appelions de nos vœux pour continuer à relever les défis d’avenir de la formation professionnelle initiale et continue dans nos métiers du BTP. »

Les administrateurs CGT du CCCA-BTP réagissent à ce communiqué de presse car  le CCCA-BTP est un organisme paritaire où le respect et l’indépendance de toutes les composantes de celui-ci ne peuvent être remis en cause par une de ses composantes, son Président ou son Secrétariat Général.
Toutes les interventions doivent être approuvé par son CA ou refléter l’opinion général partagée par l’ensemble de celui-ci.
Le communiqué de presse et les différentes entrevues données aux organes de presse par le Président du CCCA-BTP au sujet des grands axes de la réforme de l’apprentissage présenté par le Premier Ministre le 9 février 2018 ne répons pas à cette réserve.

Voici la déclaration des administrateurs représentant la CGT construction :

Tags:

Bonne année 2018

 

L’année 2017 se termine.
En 2018 les ordonnances Macron vont se mettre en place.
Après la loi travail 2016 le recul social s’accentue.
Certaines entreprises ont déjà commencé comme Pimkie ou PSA qui proposent aux syndicats en place des ruptures conventionnelles collectives, qui a l’instar des PSE n’ont pas de compte à rendre sur la situation économique de l’entreprise.
Ces plans sociaux déguisés vont se multiplier et créer une précarité déjà grandissante dans nos entreprises et nos CFA.
Mais demain nous n’oublierons pas   que c’est en 2017 que les 500 plus grandes fortunes mondiales ont augmentés leur capital de plus de 100 milliards de dollars en un an.  Quatre fois plus qu’en 2016.

Nos 39 milliardaires français ont vu leurs fortunes augmenter de 21% pour la seule année 2017.
Pour y parvenir il aura fallu des plans sociaux, des salariés surexploités, des territoires pillés et une misère qui n’en finit pas de grandir.

L’année 2018 sera une année importante, charnière au niveau du CCCA, de sa nouvelle gouvernance et des orientations qui seront prises aussi bien sur la formation professionnelle et initiale que sur notre rattachement à la branche du BTP.
Les titres PRO vont bousculer notre paysage de formation laissant aux entreprises une possibilité d’employabilité de nos apprentis sans qualification.

Les ordonnances Macron vont modifier notre représentativité d’élus CE et CHSCT au sein des associations, avec moins d’élus et moins de moyen pour toujours plus à défendre sur le quotidien des salariés : leur droit à la formation, leur déroulement de carrière, le salaire et la protection sociale.

Je compte sur la mobilisation et la disponibilité de chacun d’entre vous chaque fois qu’il sera nécessaire de se mobiliser pour défendre nos emplois, nos salaires nos conditions de travail.
C’est tous ensemble, avec ce que nous représentons, ce que nous pesons syndicalement, nos convictions, que nous pourrons faire reculer la précarité, le chômage.

Ne laissons pas la misère s’installer dans nos CFA.
 J’ai confiance en vous, je compte sur vous.

Bonne Année 2018 à vous tous, à vos familles, à vos amis.
Fraternellement

La Secrétaire Générale du Syndicat CGT des CFA

Nelly Gregor